ENVIRONNEMENT

 
La biodiversité est une richesse que nous nous devons de protéger.
 

Pomme de Cajou (Anacardier).

Originaire des Caraïbes et du Nord-Est du Brésil, il est aujourd’hui largement cultivé dans toutes les zones tropicales, comme en Afrique, aux Antilles, dans le Nordeste brésilien, en Asie du Sud-Est et en Inde.

Cet arbre peut atteindre une hauteur de 6 à 12 m, parfois 15 m. Son réseau racinaire secondaire, très développé, s’étend souvent loin autour de lui alors que la racine principale s’enfonce profondément dans le sol. Cette caractéristique est un atout dont il faut tenir compte car elle contribue à combattre l’érosion du sol. Au caractéristique intéressante, son feuillage persistant. Il offre de l’ombre et de la nourriture toute l’année aux herbivores.

Le fruit de l’anacardier est très original. Chaque fleur fécondée donne naissance, à une coque dans laquelle se trouve une noix comestible, connue sous le doux nom de noix de cajou puis un fruit semblable à une “pomme d’eau”, d’une jolie couleur orangé. oui, c’est bien cette noix de cajou que l’on retrouve dans le commerce. Pour bien se développer et bien fructifier, l’anacardier doit être planté en plein soleil. Il peut fructifier dès sa troisième année mais c’est vers 7 à 8 ans que la fructification est à son maximum.

Les différentes partie de l’arbre  ont des utilisations peu connues. On notera tout de même que le tronc sert de bois de chauffe et dans la menuiserie, que l’écorce est une source de tanins, de teinture jaune, et enfin les feuilles peuvent être cuisinées. La coque de noix par contre est à manipuler avec précaution. En effet, elle est composée d’une substance toxique organique nommée urushiol très irritante pour la peau, imaginez donc pour les paroies du corps bien plus fragiles. La pomme par contre se déguste car très juteuse malgré son petit arrière goût indéfinissable. On la retrouve dans la composition de boissons alcoolisées, des jus, ou confiture.

La cueillette du fruit est fastidieuse car elle se réalise manuellement sur l’arbre afin de préserver l’intégrité du fruit. Toutefois, on découvre un arbre fruitier plein de surprise. On pourra lui trouver une place dans le jardin où, ses feuilles annuelles produiront un ombrage appréciable, ses racines limiteront l’érosion du sol et non des moindres, ses fruits réjouiront les gourmands. Plantons donc cet arbre magnifique qui participera du même coup à limiter ce poison de CO².