ENVIRONNEMENT

La biodiversité est une richesse que nous nous devons de protéger.

Les aigrettes.

Dans la sous famille des  Ardeinae, on demande les aigrettes. Quatre familles se retrouvent sur notre île. L’une que l’on croise le plus souvent en groupe, près des agglomérations, des dépôts d’ordures ou encore dans les savanes à bétail et espaces fraîchement coupés; c’ est le pic boeuf. Dans les “zones marécageuses d’eau douce et saumâtre, mangroves, zones littorales, rivières et embouchures, on y retrouvera l’aigrette garzette et l’aigrette neigeuse. Et pour finir, on nommera l’aigrette bleue qui occupe des zones d’eau douce ou salée, calmes et peu profondes comme les marécages, les lagunes, mangroves et littoraux abrités.

 

La garzette et la neigeuse ont quant à elles, une taille variant de 55 à 95 cm pour une envergure comprise entre 90 et 107 cm. Elles possèdent un bec droit, long, pointu de couleur noir, des pattes noires à doigts jaunes jusqu’à jaune-vert pour la première citée. la particularité de cette dernière s’accentue par la présence de plumes sur la nuque dont la longueur dépend de la période de reproduction.

Les trois premières espèces ont en commun un plumage blanc, un bec long et pointu et de longues pattes. Des différences sont à noter entre elles néanmoins. Le pic boeuf est plus petit, 50 cm environ pour une envergure comprise entre 90 et 96 cm. Son bec et ses pattes jaunes prennent une couleur orangée lors des parades nuptiales.

L’aigrette bleue, elle, se distingue par une double coloration. Un brun roux léger au niveau de la tête, du cou et un bleu gris assez sombre couvrant tout le reste du plumage. Elle est  de bonne taille, 55 à 63 cm pour une envergure de 95 à 105 cm. Son bec gris, droit, long et pointu prend cependant une coloration plus sombre à son extrémité. Ses pattes doigtés sont longues et de couleur verdâtre.

La nidation est somme toute identique pour ce qui est de notre île. En groupe, même si certaines sont solitaires en journée, dans un arbre ou palétuvier, sur une plateforme faites de branches et brindilles savamment entassées. Ce nid accueille 3 à 6 oeufs d’un couple qui se relaie afin d’assurer une bonne éclosion.

En ce qui concerne leur alimentation, nous dirons que dans ces quatre familles certaines sont plus opportunistes que d’autres. La source de nourriture dépend de l’habitat. Le pic boeuf plus terrestre, consomme surtout des insectes, batraciens,  petits reptiles et des déchets laissés par les humains sans dédaigner d’autres opportunités. Les aigrettes garzette et neigeuse partagent le même menu à savoir petits poissons, insectes terrestres et aquatiques, crustacés, amphibiens et reptiles. L’aigrette bleue pour sa part est plus spécialisée. Elle porte surtout son bec sur des arthropodes aussi bien terrestres qu’aquatiques ainsi que des insectes.

Autochtones ou introduites, ces quatre espèces font désormais partie de notre faune locale. Leur impact sur notre environnement, leurs prédateurs ou toute autre information restent malheureusement vague.

 

Sources :